R2DS Île-de-France

Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable

Accueil > Projets de recherche > Année 2009

[2009-06] Impact des perturbations du régime hydrique et de la température à l’échelle saisonnière sur les communautés microbiennes naturelles du sol et les gaz à effet de serre : une approche par mésocosmes

Coordonnateur : UMR Bioemco - Equipe Biodiversité et fonctionnement des Ecosystème (ENS-Ulm) - Jean-Christophe LATA

Objectifs scientifiques

Le contexte général du projet est présenté dans la figure ci-contre. L’objectif est d’adresser les processus mis en jeu à une échelle fine. D’une part, les changements de précipitations peuvent avoir des impacts directs sur les microorganismes du sol, et ainsi pourraient modifier la composition et la diversité des communautés microbiennes et/ou leur état physiologique. Cela pourrait influer sur les processus microbiens et peut-être par rétroaction les réponses des flux nets de gaz à effet de serre, et du stockage du C et de l’azote dans les sols. Dans ce contexte, une expérience sur le long terme en microcosmes de sols de prairies franciliennes à T° contrôlée a été élaborée afin d’évaluer l’impact de différents types de précipitations et de longueurs de sécheresse sur ces derniers paramètres. D’autre part, les changements globaux et en particulier l’utilisation des terres, pourraient modifier la disponibilité, la qualité et la quantité du C et de l’azote sur le plus long terme. Ce changement dans l’environnement du sol peut aussi influencer la composition et la diversité des communautés microbiennes, ainsi que les flux associés. Dans ce contexte, une deuxième expérience en microcosmes de sols à T° contrôlée a été élaborée afin d’évaluer l’influence de la teneur en C de sols agricoles franciliens comme paramètre d’intégration de l’utilisation des terres (avec ici 3 différentes pratiques culturales : intensive (production élevée), sans intrant (production intégrée) et sous couverture végétale permanente), sur la stabilité de la communauté microbienne au cours d’un stress hydrique. Dans tous les cas, les mesures ont adressé les paramètres physicochimiques du sol (C, azote, pH, contenu en eau…), les émissions de gaz à effet de serre (CO2, N2O, CH4) et la structure des communautés microbiennes du sol.

Coordination : Jean-Christophe LATA