R2DS Île-de-France

Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable

Accueil > Projets de recherche > Année 2013

[2013-03] Enjeux philosophiques de l’anthropocène : nature, histoire et modernité

Coordonnateur : Bernadette Bensaude-Vincent - CETCOPRA (EA 2483)

Objectifs scientifiques

Un premier objectif est de nous interroger sur l’instauration de l’objet politico-scientifique que constitue le « système-Terre » : à titre d’exemple, nous nous focaliserons sur les techniques de géo-ingénierie dont Paul Crutzen est un fervent défenseur (Crutzen, 2006). Cette première approche servira à montrer en
quoi l’anthropocène est problématique, du point de vue de l’écologie politique et de la gouvernementalité des techniques et des savoirs.

Le second objectif est de tester une nouvelle approche de la technique suggérée par le concept d’anthropocène. Au lieu de penser la technique sur un mode romantique comme ce qui nous arracherait à une nature primitive, et ferait de nous des « déracinés » (Ferry, 1992), l’anthropocène nous invite à repenser
la technique en termes d’alliances entre divers acteurs qui ensemble « font monde ». En somme, nous traiterons ici de la question des alliances dans le devenir- géologique humain : alliances passées entre humains, mais aussi avec des éléments matériels (bois, fer, charbon, pétrole, uranium, etc.), et comment ces alliances entrainent des « doublecaptures » (Deleuze, 2003) dans un processus de tissage de temps hétérogènes et de matière.

Les deux objectifs soutiennent l’hypothèse principale du travail doctoral à savoir qu’il est philosophiquement fécond d’opérer un renversement du concept d’anthropocène, c’est-à-dire de proposer un concept de devenir planète de l’humain, plutôt qu’un devenir-humain de la planète. Ce renversement de perspectives met en question les récits anthropocentriques et universalistes
de la modernité. A l’anthropocentrisme d’une histoire humaine qui entrerait en
symbiose avec son environnement, on tentera de substituer un récit qui permette d’ouvrir des possibles que l’anthropocène occulte, de proposer des opportunités de composition et d’alliance. Aux tendances universalistes
des récits centrés sur un anthropos qui masque toutes la diversité humaine en place des injonctions d’unité et d’instrumentalisation, on préférera un récit qui met en relief le concours d’éléments divers hétérogènes dans des processus impliquant des temps multiples. Ce renversement se fera par une anthropologie
de la technique traitant du multiple et de l’alliance.

Coordination : BENSAUDE-VINCENT Bernadette

Télécharger la fiche projet

JPEG - 398.4 ko