R2DS Île-de-France

Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable

Accueil > Projets de recherche > Année 2014

[2014-02] Effet des pressions anthropiques dans les processus écologiques : interactions biotiques et impact de deux prédateurs au sein d’environnements changeants

Coordonnateur : Elsa Bonnaud - ESE

Objectifs scientifiques

Au début du 21ème siècle, la population humaine mondiale est toujours en forte croissance et particulièrement concentrée dans les villes ou à leurs périphéries (Ahern, 2012). Le processus d’urbanisation entraine en règle générale des modifications des communautés végétales et animales (favorisation des espèces généralistes, exotiques, domestiques, stress résistantes) ayant souvent pour conséquence une réduction du cortège des espèces et une homogénéisation de la biodiversité inféodée à ces milieux (Anderies, et al. 2007 ; McKinney, 2006).

Les impacts sur la biodiversité en milieu urbain peuvent s’étendre bien au-delà des limites des villes. La région île de France est spécifiquement adaptée à l’étude de ces questions scientifiques liées à la modification des écosystèmes urbains et péri-urbains du fait de la présence de milieux à degré d’anthropisation divers permet de trouver des situations contrastées propices à ce genre d’études. Pour ces raisons ce projet est principalement axé sur l’étude de l’impact des mammifères prédateurs, notamment les carnivores, de par leur fonction de prédateurs supérieurs jouant le rôle de régulateur au sein la chaine trophique (effet top-down) qui ont par conséquent un impact sur leurs proies respectives. Les deux prédateurs étudiés, le chat domestique Felis silvestris catus et le renard roux Vulpes vulpes, sont les deux prédateurs les plus abondants en contexte urbain et peri-urbain en île de France (Dudus, et al. 2014 ; Woods, et al. 2003). Etudier leurs interactions biotiques (compétition, prédation), leur effet sur la biodiversité ainsi que leur fonction de disséminateurs de graines d’espèces native ou envahissantes, permettra de mieux appréhender leurs impacts respectifs en fonction des différents écosystèmes étudiés (écosystèmes fores- tiers, agricoles et parcs urbains) relatifs à un gradient de pression anthropique et urbain. La région Île- de-France a un patrimoine naturel remarquable dans lequel la diversité des espèces est comparable à celles des régions voisines de surface plus étendues. Nous concentrerons notre étude sur 3 types écosystèmes : (i) forestier, représenté par la forêt de Rambouillet (Yvelines), (ii) agro- écosystème, représenté par le plateau de Saclay (Essonne) et (iii) parc urbain, représenté par le Parc de Sceaux (Hauts-de-Seine). Ces 3 sites d’études seront étudiés en parallèle pour pouvoir comparer ces différents milieux selon le gradient d’urbanisation et le différentiel des pressions anthropiques (faibles pres- sions anthropiques en forêt, modification d’utilisation des terres pour l’agroécosystème et matrice urbaine dense pour le parc urbain).

Coordination : BONNAUD Elsa

Télécharger la fiche projet