R2DS Île-de-France

Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable

Accueil

Avril 2010

Mardi 27 et mercredi 28 avril 2010

Les villes et l’adaptation au changement climatique

Résumé

En confirmant la responsabilité importante des activités humaines dans les changements climatiques, le IVe rapport du GIEC (2007) a participé à l’accélération des politiques d’atténuation des émissions et a confirmé la nécessité de donner une place croissance aux questions d’adaptation.
L’adaptation, en tant que question de recherche et d’intervention, s’impose peu à peu comme en témoigne la croissance de la littérature scientifique, des colloques ou des subventions de recherche à cet effet. La raison en est simple : l’ajustement des systèmes humains à de nouvelles conditions climatiques demeure désormais inéluctable compte tenu de l’inertie des émissions de gaz à effet de serre passées et de l’augmentation attendue des émissions futures. Depuis 2008, les milieux urbains demeurent le lieu de vie de la majorité de l’humanité, en termes d’occupation du territoire, de densité de population et d’activités socioéconomiques. Pourtant, alors qu’ils concentrent à eux seuls les vulnérabilités es plus importantes et coûteuses vulnérabilités aux changements climatiques, les recherches appliquées sur le sujet restent encore parcellaires, notamment concernant les métropoles de pays industrialisés.Ainsi restreinte à certains secteurs de l’économie ou associée aux pays en développement, l’adaptation aux changements climatiques en milieu urbain est mal servie par la recherche et les politiques publiques. Le catalogue des recherches appliquées sur l’exposition, la sensibilité et la capacité d’adaptation reste très mince et mal articulé avec la mise en œuvre du développement durable à l’échelle des villes (villes durables). Pourtant, la mise en place de mesures de réduction de la vulnérabilité face aux aléas climatiques soulève de multiples questionnements quant à leur degré de pertinence et d’efficacité puisque nos villes sont déjà conçues pour faire face à des variations climatiques à l’intérieur de certains seuils. La variabilité des précipitations, des épisodes de chaleur ou de verglas, de l’intensité des tempêtes ainsi que des transformations des écosystèmes urbains sont, dans une certaine mesure, déjà prises en compte. En revanche, les situations extrêmes - au-delà des seuils déterminés - peuvent engendrer des pertes humaines ou des coûts sociaux et économiques qui se résumeraient en des bilans accablants.

En prenant l’angle de l’interdisciplinarité et en focalisant sur les milieux urbains, le séminaire du 27-28 avril 2010 a pour objectif d’avancer sur les questions d’adaptation et de réduction des vulnérabilités face aux impacts des changements climatiques actuels et appréhendés.

Ce premier séminaire d’un cycle de trois séminaires sur l’Adaptation au Changement Climatique est organisé par l’Association NSS-Dialogues, le GIS Climat-Environnement-Société et l’Institut des Sciences de l’Environnement de l’UQAM. Cet évènement se déroulera au Pavillon de l’eau au 77 avenue de Versailles à Paris (16éme ardt).


Jeudi 22 Avril 2010

Les sciences animales faces aux enjeux environnementaux

Résumé

La montée des enjeux environnementaux concernant les activités agricoles, qui se traduit notamment par des controverses publiques, des normes et des critères de performance renouvelés, et par une écologisation des politiques publiques depuis quelques décennies, appelle à un profond renouvellement des travaux historiques et sociologiques sur l’agriculture et ses évolutions. L’histoire française de l’agriculture du XXe siècle, encore très marquée par cette catégorie de « modernisation » (qui sous-tendait par exemple l’Histoire de la France Rurale publiée au milieu des années 1970), commence tout juste à laisser une place aux perspectives d’histoire environnementale de l’agriculture et des savoirs agronomiques mais aussi aux approches culturalistes qui se penchent notamment sur les imaginaires modernisateurs. La sociologie se trouve quant à elle devant une série de nouvelles questions posées par l’écologisation en cours de l’agriculture. Assiste-t’on à un « verdissement » (greenwashing) des pratiques agricoles et des systèmes socio-techniques dans lesquels elles s’inscrivent, basé sur la substitution de techniques et de produits moins nocifs pour l’environnement, ou à une refondation plus profonde des paradigmes sous-tendant ces pratiques ? Quelles voies concurrentes d’écologisation se confrontent ? Quels nouveaux dispositifs de savoir-pouvoir sous-tendent chacune de ces voies ?
Placé à la croisée de l’histoire et la sociologie rurale, de l’histoire et la sociologie environnementale, de l’histoire et la sociologie des sciences et de l’innovation, de l’histoire et l’anthropologie et enrichi par le dialogue avec les disciplines agronomiques, le séminaire a pour ambition d’échanger autour des nouvelles perspectives de recherche sur les transformations de l’agriculture, des savoirs et des pratiques agronomiques depuis un siècle.

Michel Meuret (Inra, Ecodéveloppement Avignon) - Comment la mise en relation entre élevage et biodiversité invite à repenser l’animal et ses compétences
Xavier Poux (AsCA) - Quelle contribution du concept de saltus à l’écologisation de la politique agricole ?
Billet d’humeur : Christine de Sainte-Marie (Inra, AgroParisTech) sur "l’élevage à haute valeur environnementale" ?

Cet évènement, organisé par Christian Deverre (Sadapt, Inra), Christophe Bonneuil (Ctre Koyré d’Hist. des Sciences, Cnrs et Inra-SenS), Hélène Brives (AgroParisTech) et Claire Lamine (Ecodéveloppement Avignon, Inra) se déroulera de 14h à 17h en salle 39A à l’AgroParisTech, 16 rue Claude Bernard, Paris 5ème, M° Censier-Daubenton.


Mardi 06 Avril 2010

Remise des prix du Challenge Green TIC Campus : « Vers un campus plus vert grâce aux Technologies de l’Information et de la Communication »

Résumé

Fondaterra, avec le soutien de SFR, a lancé, en novembre dernier, la première édition du challenge Green TIC Campus. Objectif : susciter une dynamique de réflexion chez les étudiants, sur l’apport des technologies de l’information et de la communication à la problématique environnementale. Optimisation des déplacements, dématérialisation, réduction des consommations énergétiques des bâtiments... 1,5 million d’étudiants (universités et grandes écoles françaises) ont eu la possibilité de déposer leurs projets dans le cadre de ce concours, qu’ils soient réalisables à l’échelle de leur campus ou plus futuristes, avec à la clé 25 000€ de prix à gagner.

Le Jury du Concours, présidé par Hervé Le Treut, Directeur de l’IPSL (Institut Pierre Simon Laplace) et parrainé par Sébastien Folin, remettra les prix aux gagnants, qui sera suivi par un cocktail déjeunatoire.

Cet évènement se déroulera à 09h30 au siège du Groupe SFR, Tour Séquoia, 1 place Carpeaux 92915 La Défense .


Jeudi 1er avril et vendredi 2 avril 2010

Semaine du développement durable

Résumé

A partir des interventions d’experts du changement climatique, de l’énergie, des universitaires, des élus et des industriels, l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/l’IUT de Mantes-en-Yvelines/Fondaterra, organisent une conférence/débat sur les nouveaux enjeux énergétiques et climatiques quatre mois après le sommet de Copenhague.
Au programme de ces deux journées :

  • Jeudi 1er avril, une session de cadrage de 8h30 à 11h00 et une conférence sur le "Développement Durable et Enjeux territoriaux" de 11h00 à 17h00
  • vendredi 2 avril, deux tables rondes "les enjeux énergétiques et climatiques quatre mois après Copenhague" constat puis propositions de 9h00 à 15h30.

Cet évènement se déroulera à l’IUT de Mantes-en-Yvelines.