R2DS Île-de-France

Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable

Accueil

Février 2013

Mardi 26 Février 2013

Séminaire « Economie de la transition écologique »

Résumé

REINER KUMMEL

Economiste allemand, membre de l’Institut Theoretische Physik und
Astrophysik, Universität Wrzburg, interviendra en anglais sur le thème :

« Les risques et les opportunités de la transition énergétique allemande »

Objet du séminaire

Comment organiser une transition écologique vers une économie sobre
en énergie et moins polluante ? Comment le faire en ces temps difficiles marques par la réalité du chômage, d’endettement public et privé, de montée de la concurrence internationale ou de crainte sur le financement des retraites. Il faut, on le sent, faire de l’environnement non pas seulement un élément du problème a résoudre mais aussi une partie de la solution. Reste a voir comment éviter que cette intuition ne reste un vu pieux.

L’enjeu du séminaire L’Economie de la Transition Ecologique est de travailler sur des cadres théoriques intégrés fournissant les moyens d’un dialogue cohérent entre macroéconomie, finance, économie publique, travaux d’économies sectorielles mais aussi sciences de l’univers et sciences du vivant pour penser des stratégies de conciliation entre impératifs du court terme et souci du long terme.

Mardi 26 février de 17h à 19h

Dans les appartements Décanal de l’université Paris-1

Panthéon-Sorbonne

5, Place du Panthéon

75005 Paris

Metro : Luxembourg, Maubert-Mutualité ou Cardinal Lemoine

Séminaire organisé en partenariat avec Carbone 4 et le Think Tank de la Fondation Nicolas Hulot

ENTREE LIBRE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES

Pour télécharger le programme cliquez ici


Mardi 19 Février 2013

Conférence Publique « Prospective des modes de vie à l’horizon 2050 et empreinte carbone »

Résumé

Comment penser les modes de vie en 2050 en France et leurs impacts sur les émissions de CO2 ? La recherche qui vient d’être publiée dans le n°21 des Cahiers du CLIP s’appuie sur un exercice collectif de construction de visions contrastées du futur et des modes de vie à l’horizon 2050. Dans une démarche pluridisciplinaire, sociologues, géographes et économistes de l’énergie notamment, se sont attachés à dessiner des récits de vie cohérents avec les moteurs du changement social propres à chacune des visions identifiées. Une évaluation des émissions de gaz à effet de serre de ménages emblématiques des visions établies pour 2050 a ensuite été réalisée.

Cet exercice, inédit en France, est un travail exploratoire qui a pour vocation d’ouvrir des pistes de réflexion dans le champ complexe des modes de vie, des déterminants de leur évolution et de leurs impacts environnementaux. L’originalité de ce travail est de se placer dans une optique résolument prospective. Ainsi, il s’est agi tout d’abord d’identifier les variables clés de l’évolution des modes de vie en France, et leurs impacts sur les émissions de CO2. L’identification a porté sur les signaux révélateurs de nouveaux comportements (habitat groupé, régimes alimentaires, nouvelles pratiques de mobilité, simplicité volontaire, etc.) ; elle s’est également appuyée sur l’évolution des représentations sociales, des modes d’habiter, de travailler, de consommer, etc., dont la motivation n’est pas nécessairement liée à une préoccupation environnementale, mais pouvant avoir des effets significatifs — positifs ou négatifs — sur les consommations d’énergie.

Avec Michelle DOBRE (professeure, Université de Caen), Bruno HERAULT (responsable du Centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture), Ioan NEGRUTIU (directeur de l’Institut Michel Serres – ENS Lyon), Pierre RADANNE (directeur de Futur Facteur 4), Jacques THEYS (ancien responsable de la Mission prospective du ministère de l’Écologie)
Modératrice : Carine BARBIER (économiste, Cired)

Mardi 19 février 2013, de 14h à 18h

Amphithéâtre de l’Asiem

6, rue Albert de Lapparent

75007 Paris

(Métro 10 – station Ségur ; Bus 87 – arrêt Breteuil)

Inscription en ligne sur le site de l’Iddri

Pour télécharger le programme cliquez ici


Mardi 19 Février 2013

Séminaire « Dispositifs d’activation de l’innovation pour la ville durable »

Résumé

A l’heure où les défis environnementaux et sociaux nous amènent à questionner notre modèle de développement et ce, dans un contexte de crise économique mondiale, comment peut-on développer des villes créatives, innovantes et durables répondant à ces défis ?

L’innovation est un levier de compétitivité, les territoires par leur diversité sont des activateurs essentiels de cette innovation. La nécessité de développer une conversion écologique de notre économie, reposant sur un découplage énergie – économie et de favoriser des modes de vie plus durables, conduit à repenser l’innovation en ne se limitant pas aux seuls aspects techniques mais en repositionnant le citoyen au coeur des préoccupations de l’innovation. Comment comprendre et préfigurer de nouveaux usages, débouchant sur de nouveaux procédés, de nouveaux produits et services, de nouvelles organisations ?

L’individu, le salarié, le consommateur, l’habitant, l’usager, est au coeur du dispositif pour activer et rendre possible ces changements collectifs. Comment favoriser des modèles orientés sur de la co-production et une valorisation de l’intelligence collective ?

Ces idées se retrouvent autour de nouveaux dispositifs tels que les espaces de coworking, Fablab, ExploreCamp, Living Lab, visant à favoriser des dynamiques créatives et constituant un cadre pour l’open innovation sur les territoires afin de faire émerger des expérimentations in vivo.
La révolution du numérique favorise ces mutations et l’écosystème territorial est essentiel pour les porter. Quel est le rôle des technologies numériques dans le développement économique et territorial des villes (smartcities) ?

Ces nouvelles pratiques sont au coeur des réflexions de reconversion de territoires, de nouvelles compétences, de nouveaux emplois mais aussi, d’appui à l’entreprenariat. Ce colloque vise à partager de nouvelles dynamiques d’activation de l’innovation pour soutenir cette perspective dans les territoires. Ces nouvelles approches doivent être largement « pollénisées » afin d’accélérer la transition. Nous regarderons ainsi quels sont les leviers de l’innovation sur les territoires ? Quels dispositifs d’activation se développent ? Comment peuvent-ils servir au mieux les objectifs de transition écologique de notre économie en valorisant l’intelligence collective présente dans les territoires ? Quels enjeux pour les villes de demain ?

Mardi 19 février 2013, de 9h00 à 17h00

Hémicycle Conseil régional d’Île-de-France

57, rue de Babylone -

75007 Paris

(M° Saint François-Xavier)

INSCRIPTION OBLIGATOIRE
Réponse souhaitée au plus tard le 1er février par courriel

Pour télécharger le programme cliquez ici


Mardi 5 Février 2013

Séminaire « Développement durable et économie de l’environnement »

Résumé

Comme le montre un récent rapport du Comité de prospective en énergie de l’Académie des sciences (La recherche scientifique face aux défis de l’énergie, décembre 2012), le potentiel énorme en économies d’énergie et d’émissions de CO2 que recèle l’immobilier, de logement ou professionnel, ne peut se réaliser que dans le cadre cohérent d’un urbanisme conçu dans cet esprit. Ambition difficile, mais pas insurmontable : c’est l’idée que développent les présentations de Mathieu Saujot et Eric Vidalenc.

Les objectifs nationaux de réduction des émissions de CO2 (Facteur 4) sont très ambitieux ; l’ensemble des pistes disponibles pour les atteindre doivent donc être identifiées. Et, dans un contexte de rareté de l’argent public, une grande efficacité économique de l’action climatique est nécessaire. Au niveau local, d’importants potentiels existent, dans les domaines du bâtiment, du transport, de l’urbanisme et de la production distribuée d’énergie, mais ils restent difficiles à quantifier. Parallèlement, de nombreuses initiatives émergent, les territoires disposant et revendiquant une place de plus en plus importante dans la mise en œuvre des politiques climatiques. Mais quelles sont, dans ce contexte, les actions les plus efficientes et profitables à mettre en place pour la collectivité ? Peu de réponses sont aujourd’hui apportées au niveau local.

Il s’agit donc d’outiller les politiques climatiques territoriales, et ce séminaire permettra d’aborder la dimension transport-urbanisme de cette question. Mathieu Saujot utilise ainsi le modèle transport-usage des sols Tranus, appliqué à la région urbaine de Grenoble, et ce pour différents scénarios prospectifs. Adosser à la modélisation une méthodologie d’analyse économique des politiques climatiques locales permet notamment de surmonter un certain nombre de faiblesses des courbes marginales de réduction (Marginal Abatement Cost Curves, MACCs), outils classiques d’analyse économique dans le domaine du climat, et de les adapter aux questions urbaines. Cette analyse permet ainsi de construire différentes trajectoires d’émissions à l’horizon 2030, de tester différentes mesures dans les domaines du transport et de l’urbanisme, de quantifier les effets sur le fonctionnement du territoire et la mobilité, et de quantifier les potentiels de réduction d’émissions de CO2.

Mathieu Saujot (Iddri) et Eric Vidalenc (Ademe)

Planifier la ville bas carbone

Le modèle Tranus comme support de l’analyse économique des politiques climatiques

Mardi 5 février 2013, de 12h30 à 14h30

A Reid Hall

4, rue de Chevreuse – 75006 Paris

(M° Vavin)

Inscription en ligne sur le site de l’Iddri

Merci de bien vouloir noter que les conférences de l’Iddri sont filmées puis mises en ligne sur les sites Internet de l’Iddri et de TerreTV