R2DS Île-de-France

Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable

Accueil > Annuaire > G

GUENET Bertrand

Doctorant - Laboratoire BIOEMCO

Coordonnées

46, rue d’Ulm, F-75230 Paris CEDEX 05
tel : +331 44 32 38 80
fax : +331 44 32 38 85

Thèmes de recherche

- Interactions entre les matières organiques entrant dans les sols et les matières organiques initialement présentes, l’écologie microbienne, le cycle du carbone, dans le cadre du projet Stockage du carbone dans les sols : mécanismes biologiques et expression dans les écosystèmes et agrosystèmes des plaines de grande culture de type Ile de France

Recherches actuelles

Parmi les cycles biogéochimiques qui sont profondément modifiés par les activités humaines, celui du carbone est probablement celui qui pose le plus de problèmes de développement à l’échelle planétaire en raison de son rôle déterminant dans la dynamique du climat. Les sols sont un compartiment majeur du cycle du carbone. Ils contiennent en effet 1500.1015 g de C environ, contre 560.1015 g de C pour les plantes et 720.1015 g de C pour l’atmosphère (Schlesinger 1990). Ils sont responsables d’une partie significative des échanges de CO2 entre les continents et l’atmosphère puisque le flux de CO2 venant des sols représente de 60 à 90% de la respiration totale d’un écosystème (Goulden et al., 1996 ; Longdoz et al., 2000).

Passer d’un comportement de source à celui de puits est donc un enjeu important dans le contexte du changement climatique, mais aussi dans celui du maintien de la fertilité des terres.
Cela passe nécessairement par la compréhension du rôle des microorganismes dans la dégradation de la Matière Organique (MO), sous forme de litière de feuilles ou de débris racinaires, ou sous formes de molécules variées plus ou moins associées à la matrice minérale.

Ma recherche se concentre donc sur la compréhension du rôle des microorganismes dans la minéralisation des MO fraîches (Exudats racinaires, litières, etc.) et l’influence qu’ont les produits de dégradation de ces MO fraîches sur la minéralisation des MO du sol. Ce phénomène nommé Priming Effect (PE) peut être responsable de bilan de C négatif entre les entrées de MO fraîches et les sorties sous forme de CO2 (Fontaine et al., 2004). Pour expliciter les mécanismes du PE, l’utilisation d’outils isotopiques tel que la spectrométrie de masse permet de différencier le CO2 en provenance des MO fraîches et le CO2 en provenance des MO du sol et ainsi suivre l’évolution de la minéralisation de chaque pool de C. De plus, l’utilisation de théorie écologique classique nous permet d’avoir une vision conceptuelle du PE et ainsi chercher à appliquer cette vision à d’autres systèmes comme les systèmes aquatiques.