R2DS Île-de-France

Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable

Accueil

Janvier 2016

Du mardi 12 janvier au mercredi 13 janvier

Conference on climate change and European foreign policy after COP21

Un événement co-organisé par l’Iddri et l’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne (EUISS), agence de l’Union européenne consacrée à l’analyse des questions de politique étrangère, de sécurité et de défense.

L’événement rassemble experts de haut niveau et praticiens de toute l’Europe pour discuter des enjeux du changement climatique.

Teresa Ribera intervient lors de la première session sur les sujets "Adaptation et finance".

Présentation (en anglais) :

In the wake of COP21 in Paris, the challenges of slowing climate change and responding to its impacts will be high on the agenda of foreign policy makers. What priorities should shape foreign policy action on climate issues this year and in the decade ahead ? What should be the focus of European climate diplomacy ? As the European Union works to develop a Global Strategy on foreign and security policy, coherent long term thinking for how to minimise, manage and respond to climate risks will be needed. The European Union Institute for Security Studies (EUISS), in collaboration with l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) and adelphi will bring together senior experts and practitioners from across Europe to discuss the daunting challenge posed by climate change.

The conference has a threefold objective :

  • Reflecting on European climate diplomacy in the framework of the Global Strategy process ;
  • Reviewing and building on the outcomes of COP21 ;
  • Contributing to the understanding of the risks posed to development and stability by a changing climate and the shaping of appropriate responses.

Pour télécharger le programme cliquez ici

Jeudi 14 Janvier

Paris Environmental and Energy Economics Seminar

Thomas Sterner (University of Gothenburg and Collège de France) joint with Cathrine Hagem, Michael Hoel and Bjart Holtsmark

"Refunding Emissions Payments"

Abstract :

We analyze two mechanism designs for refunding emissionspayments to polluting firms : output-basedrefunding (OB) and expenditure-based refunding (EB). In both instruments, emissions fees are returned to the polluting industry, typically making the policy more politically acceptable than a standard tax. The crucial difference between OB and EB is that the fees are refunded in proportion to output in the former but in proportion to the firms’ expenditure on abatement equipment in the latter. We show theoretically that to achieve a given abatement target, the fee level in the OB design exceeds the standard tax rate, whereas the fee level in the EB design is lower.Furthermore, the use of OB and EB may lead to large differences in the distribution of costs across firms. Both designs imply a cost-ineffective provision of abatement,as firms put relatively too much effort into reducing emissions through abatement technology compared with reducing output or improving management. However, maintaining output may be seen as a political advantage by policymakers if they seek to avoid activity reduction in the regulated sector.

Mardi 19 janvier

Faire du mouvement open data un moteur du développement durable, quels enjeux ?

Une session du séminaire Développement durable et économie de l’environnement

Le mouvement open data (« données ouvertes », pouvant être publiques ou privées), initié par quelques collectivités locales au début des années 2010 et aujourd’hui porté par l’État via la mission Etalab (www.data.gouv.fr, constitue un réel levier de transformation de l’action publique, par sa force de ré-interrogation, par la transparence qu’il implique et par la place nouvelle qu’il donne aux données pour penser et organiser les politiques. Bien que ce mouvement soit encore dans une phase de maturation, il est d’ores et déjà possible d’identifier quelques enseignements sur sa portée, et de s’interroger sur le rôle qu’il pourrait jouer pour le développement durable. En effet, par les notions de transparence et de participation qu’il porte, le mouvement open data s’inscrit dans la filiation du développement durable qui, depuis ses débuts, a fait de ces concepts des éléments moteurs d’un changement des politiques publiques.

Cette séance du séminaire permettra de faire le point sur l’expérience des collectivités locales pionnières dans l’ouverture des données et d’élargir la discussion sur la façon dont l’open data pourrait davantage porter le développement durable. Ce séminaire s’insère dans la réflexion plus large du projet Transition², plateforme pilotée par la Fondation Internet nouvelle génération (FING), en collaboration avec divers acteurs (parmi lesquels CoalitionClimat21, Ouishare, Poc21 et l’Iddri), et qui cherche à faire converger les transitions numériques et écologiques.

Mardi 19 Janvier, de 12h30 à 14h00, à Reid Hall
4 rue de Chevreuse
75006 Paris mardi 19 janvier 2016

Inscription