R2DS Île-de-France

Réseau de Recherche sur le Développement Soutenable

Accueil

Mars 2010

Lundi 29 mars 2010

Journée thématique sur "les composés organiques volatils - Réduction, traitement, dispersion et mesure dans l’air."

Résumé

Les composés organiques volatils (COV) constituent une famille très large de produits qui se trouvent à l’état de gaz ou
s’évaporent facilement dans les conditions usuelles de température et de pression (20°C et 105 Pa). Ils regroupent une grande
variété de composés appartenant à différentes familles chimiques (alcanes, aromatiques, alcools, aldéhydes, cétones, éthers de
glycols, terpènes, composés organochlorés ou soufrés etc.). Ces composés sont des polluants qui affectent la santé humaine et
le climat. On les retrouve dans l’air intérieur et dans l’air extérieur, où ils sont à l’origine de plusieurs types de pollution
atmosphérique. Plusieurs équipes des établissements du Campus Paris-Saclay mènent des recherches fondamentales ou
finalisées sur ces composés, en lien avec des agences nationales ou régionales et avec des industriels. La journée thématique
vise à poser les bases de projets communs sur ce thème.

Cet évènement, organisé par les partenaires du Pôle Climat Energie Environnement du Campus du Plateau de Saclay se déroulera de 9h00 à 18h00 le lundi 29 mars 2010 dans l’ Amphithéâtre Janet de SUPELEC – Plateau de Moulon (91).

Invité d’honneur : Professeur Patrick KINNEY (Department of Environmental Health Sciences at the Mailman School of Public Health Columbia University, NY, USA).


Jeudi 18 mars 2010

L’agriculture biologique, 1960-2010 : de la marginalité à la conventionnalisation

Résumé

La montée des enjeux environnementaux concernant les activités agricoles, qui se traduit notamment par des controverses publiques, des normes et des critères de performance renouvelés, et par une écologisation des politiques publiques depuis quelques décennies, appelle à un profond renouvellement des travaux historiques et sociologiques sur l’agriculture et ses évolutions. L’histoire française de l’agriculture du XXe siècle, encore très marquée par cette catégorie de « modernisation » (qui sous-tendait par exemple l’Histoire de la France Rurale publiée au milieu des années 1970), commence tout juste à laisser une place aux perspectives d’histoire environnementale de l’agriculture et des savoirs agronomiques mais aussi aux approches culturalistes qui se penchent notamment sur les imaginaires modernisateurs. La sociologie se trouve quant à elle devant une série de nouvelles questions posées par l’écologisation en cours de l’agriculture. Assiste-t’on à un « verdissement » (greenwashing) des pratiques agricoles et des systèmes socio-techniques dans lesquels elles s’inscrivent, basé sur la substitution de techniques et de produits moins nocifs pour l’environnement, ou à une refondation plus profonde des paradigmes sous-tendant ces pratiques ? Quelles voies concurrentes d’écologisation se confrontent ? Quels nouveaux dispositifs de savoir-pouvoir sous-tendent chacune de ces voies ?
Placé à la croisée de l’histoire et la sociologie rurale, de l’histoire et la sociologie environnementale, de l’histoire et la sociologie des sciences et de l’innovation, de l’histoire et l’anthropologie et enrichi par le dialogue avec les disciplines agronomiques, le séminaire a pour ambition d’échanger autour des nouvelles perspectives de recherche sur les transformations de l’agriculture, des savoirs et des pratiques agronomiques depuis un siècle.

Claude Aubert - Le long chemin de l’agriculture biologique : témoignage d’un pionnier
Coin lecture : autour des évolutions des débats scientifiques sur l’AB dans les sciences agronomiques et sociales, par Stéphane Bellon & Claire Lamine (Inra Ecodéveloppement Avignon)

Cet évènement, organisé par Christian Deverre (Sadapt, Inra), Christophe Bonneuil (Ctre Koyré d’Hist. des Sciences, Cnrs et Inra-SenS), Hélène Brives (AgroParisTech) et Claire Lamine (Ecodéveloppement Avignon, Inra) se déroulera de 14h à 17h en salle 33 à l’AgroParisTech, 16 rue Claude Bernard, Paris 5ème, M° Censier-Daubenton.


Mardi 16 mars 2010

"Développement durable, transfert de technologie et droits de propriété intellectuelle "

Par Claude Henry et Emmanuel Guérin

La propriété intellectuelle – principalement sous forme de brevets – peut-elle contribuer à susciter et disséminer les innovations nécessaires à une transition vers une trajectoire de développement plus soutenable que celle sur laquelle nous dérivons ? Ou est-elle au contraire un obstacle de taille ? Quels autres mécanismes de mise en œuvre et de dissémination d’innovations utiles peut-on mobiliser ? Il en sera fait ici un recensement critique.

Résumé

L’innovation technologique est par définition un univers incertain. Mais cette incertitude est d’autant plus grande dans le cas des technologies décarbonées. Car les industriels ne sont pas maitres de leurs paris technologiques. Leurs efforts de développement de technologies ne sont payants que si les gouvernements créent et accroissent la rareté sur le carbone pour que ces technologies puissent ensuite être diffusées. Les industriels hésitent entre attitude coopérative – pour atteindre la taille critique, pour minimiser les risques... – et non coopérative – pour gagner des parts de marchés, pour maintenir un avantage compétitif... – vis à vis des technologies décarbonées. Les stratégies industrielles varient à la fois entre les secteurs, et entre les firmes à l’intérieur des secteurs. Les droits de propriétés intellectuels sont donc de ce fait utilisés à des fins différentes pour servir ces diverses stratégies. À partir de cette cartographie des stratégies industrielles, nous étudierons comment la coopération internationale (publique-publique et publique-privée) peut encourager et accélérer la diffusion et le développement des technologies décarbonées.

Cet évènement se déroulera de 17h00 à 19h00 à Sciences Po – salle Goguel – 56, rue des Saints-Pères - 75007 Paris - (M° Saint-Germain-des-Prés)